AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Ash. One of these fucking children from your ass.

MessageAuteur
MessageSujet: Ash. One of these fucking children from your ass.   Mer 17 Fév - 20:17

    & . POURQUOI TU M'REGARDES, MEC ?

    RIEN DE SECRET, AZY :






      NOM : Sin'oh.
      PRENOM(S) : Ashnar.
      ÂGE : 22 ans.
      ORIENTATION : apparemment hétéro.
      ARME : un flingue. Jamais utilisé. Mais toujours sur lui. Pacifiste. Mais prêt à tout faire pour sauver son dieu vivant.
      GROUPE : les pures Sérénités.
      METIER : justicier en cavale. Pour être plus précis: militaire. Enfin garde.

    ................

    T'AS QU'A FIXER :


      « Mon nom c'est Ashnar et je suis moche.
      Moche de la tête aux pieds.
      Déjà, j'ai d'horribles cheveux blancs. Encore, ça va, le blanc c'est la couleur de la lumière, de la pureté, blabla. Eh bien les miens, ils sont blancs GRIS. Gris, couleur de la poussière et de la saleté. C'est HOR-RI-BLE. Je peux pas me regarder dans un miroir. Sérieux.. Ouais, azy, la glace, moque-toi de ma couleur capillaire. Va te faire foutre. J'ai aussi d'horribles yeux. Clairs. Je sais pas de quelle couleur il s'agit, pour dire poliment. Rose ? Ouais j'ai pas des yeux de gonzesse ! Rouges ? Je suis pas un psycho, bordel ! Je sais pas, ils sont bizarres. Clairs, rosés. Je dirais gris aussi, voilà, comme ça c'est réglé. Mais je suis horriblement moche, même avec mes cheveux et mes yeux à la con. Mon nez. Terrifiant. Quand je le caresse -enfin quand je l'effleure, parce qu'il ne me viendrait pas à la tête de caresser un truc aussi ignoble- j'ai l'impression de toucher un pied de table. Si si. Vous savez, quand on est amoureux, parfois on caresse le nez de son bien-aimé. Alors un nez de fille, c'est divin à côté du mien. Y a des crèmes pour enlever les rides -j'en ai pas- ou les boutons – j'en ai pas non plus, j'suis pas un ado-, mais pas de crème pour changer la forme du nez merde. Mon menton, c'est pareil, on va faire du copié collé.
      Ma peau. Dégueulasse. Tout à l'heure que je disais que le blanc s'tait magnifique, bah non, je retire. Avoir une peau blanche, c'est agonisant. Ouais bon, ça peut être classe. Mais pas quand on peut se choper le cancer quand on sort au soleil, haha.. Puis quand je rougis. Ça fait une couleur tomate aubergine trèèèès ragoûtante. Quand je regarde mes mains, dans le noir, elles sont grises. On dirait un mort. Chaque matin, très tôt, quand je me lève, je me demande si je suis Jésus. C'est vrai. Si ça se trouve je suis mort et c'est pour ça que j'ai atterri là où on est. J'ai ressuscité. Enfin on s'en tape de ça. Je parlais de mes mains. Laides. Squelettiques. J'ai de longs doigts. Comme les assassins. Comme les étrangleurs. Des longs doigts maigres. Ils m'horrifient. Ce serait bien si je les utilisais pour une bonne action. Genre, tricoter une écharpe à Reizen. … EH s'quoi cette connerie ? S'qui qui me l'a inculquée ? Je commence à devenir fou.
      Poursuivons alors cette description digne d'un téléphone rose... sérieux j'pige pas comment on peut s'exciter devant la description d'un corps extrahumain. Genre, ouiii je caresse mes bonnets D et je me mets à genoux. Haha. Ouais ben.
      Mon nombril. Il est laid.
      Mes jambes ! Mes bras !
      Ah mes pieds, qu'est-ce qu'ils sont moches !

      Heureusement que je les ai pas sous les yeux, mes pieds. Heureusement que ça existe, les chaussures. Ouais. Voilà. Pour cacher mon corps pitoyable, je mets des vêtements grands, pour ne pas voir exactement mes contours. Je mets le plus de détails possibles, pour capter l'attention d'un observateur potentiel sur eux et non sur moi.
      J'aime bien écouter. Je n'aime pas voir. La vision est une chose désastreuse. Quand on dit qu'une femme est belle, on regarde ses seins, ses fesses, ses lèvres. Les hommes c'est comme ça, c'est con. Moi je suis comme ça aussi. Mais bien sûr, l'habit ne fait pas le moine. Pour être plus clair, il est normal, enfin habituel, de se rendre compte que les belles femmes sont des salopes. Elles ont toujours eu l'habitude d'entendre des compliments, alors même si elles sont pauvres, elles se vantent de leur richesse physique. Et ça, ça fane une beauté. Enfin quand je dis ça, on pourrait comprendre que je me traite de thon pour justement sous-entendre que je suis un ange pur et magnifiquement chaste. Alors pas, du tout, si vous pensez ça, on ira ensemble dans une petite ruelle sombre régler nos affaires.
      Bref, tant que je peux, je déchire, j'arrache, je couds même pour qu'on me dise Euh c'est quoi cette tenue de merde au lieu de Euh c'est quoi cette tronche de merde. J'ai entendu ça plein de fois alors ~
      Puis parfois on me traite de gay, haha. Je sais pas, j'aime bien tripoter mes boucles d'oreilles. Si si. J'adore mes oreilles. Je vous l'ai dit, je préfère écouter que voir. J'adore ma voix. Sérieux. Donc voilà. J'adore mes oreilles. Malheureusement, mes cheveux horribles en pics les cachent.
      »


    ................

    C'EST A MOI QU'TU PARLES ? :


      « Mon nom c'est Ashnar et je suis un abruti.
      Bon, à m'entendre, on croirait trop écouter un gothique dépressif de la vie qui se taillade le poignet pour ne plus voir sa face immonde. Mais non. Je respire la joie de vivre moi. Ehem -et puis oubliez pas, je suis Jésus.- Non mais oui. Je ne dirais jamais que je me déteste, jamais ~ Je dis tout le temps que je suis le meilleur et envoyer promener les chieurs. Oui. Je ne m'aime pas mais je suis présomptueux, orgueilleux, vaniteux, tout ce que vous voulez. Comme les coqs. Les coqs, c'est moche, -et puis ça a une voix moche aussi, la différence qui fait le tout- mais ça se pavane toujours en roi. Le truc c'est que je me hais, mais je ne manque pas de confiance en moi. C'est subtil, t'vois ? -J'en ai marre de te tutoyer et de bien parler, je craque.- Je me trouve pas moche parce que je suis timide, tu vois ? Au contraire, j'ai pleinement confiance en mes bras, ils m'obéissent au doigt et à l'œil, c'est juste que l'esthétique est pas là.
      Je ne contribue pas à la beauté non plus hein. Je fais pas gaffe à mon corps. Il ne peut pas tomber plus bas, haha. Alors les lotions hydratantes et autres, enculez-vous avec. Je me fiche des bleus et des blessures. Ouais, j'avoue, j'suis maladroit, je tombe partout et je me cogne là où c'est possible. Parfois c'est sexy, tu vois, les bleus, ça fait sportif qui a défendu ses amis par loyauté. Sur moi, j'ai l'air d'un débile avec. Moi je ne me suis pas battu pour sauver ceux qui me sont chers. Non. Je me bats avec les objets immobiles sans raison, voilà ce qu'il en est. Parce que ouais, en dehors de la maladresse, c'est la colère. Quand l'ire me prend, sayé, je défonce la baraque. Non mais sérieux ! C'est impossible de se défouler autrement. Complètement impossible. Comme les enfants, voilà. T'sais, quand ils ont pas le jouet qu'ils veulent. Ils tapent même leur mère. Quand j'ai pas ce que je veux, j'irais jusqu'à tabasser mes meilleurs amis -j'en ai au fait ?-
      Ouais ouais, pour une Sérénité, s'pas digne. Je m'en fous de la dignité. Mais alors complètement. Je n'irai quand même pas jusqu'à courir nu dehors, hein, surtout pour épargner cette souffrance aux autres. Là où je tiens absolument à garder mon image, c'est le JEU. Le poker. Le black jack. Les autres. C'est une passion. Tu m'diras, oh lololol, un gars psycho qui se croit fort en analysant la position psychologique de l'ennemi. Non mais si. Je sais pas si c'est une dépendance ou quoi que ce soit, mais je pense sincèrement que le pique me porte bonheur. ♠️ ♠️ ♠️ ♠️ ♠️ ♠️ ♠️ ♠️ ♠️ ♠️ ♠️
      Bon j'en ai marre de parler. De moi en plus. Je suis pire qu'une putain. Alors on va bâcler ça. J'ai faim aussi. J'ai hyper faim là, merde. Apportez du homard, esclaaaves. Non, sérieux, je m'vénère quand j'ai faim. Pas que je me vénère comme un dieu, bordel. T'as compris de toute façon. Je me vénère pour à peu près tout. Sérieux. Là aujourd'hui j'ai l'impression d'avoir eu une injection de morphine. Ça m'arrive. Souvent. C'est quand je dors trop. J'aime pas dormir en général. Mais y a des nuits où je rattrape mon sommeil et j'ai l'impression d'hiberner.
      Maintenant je me casse. Ras le cul.
      »


    ................

    T'EN AURAS RANAFOUTRE:


      « Je m'appelle Yasmine.
      J'ai terminé le lycée mais je vis encore chez mes parents. Pas assez de bonnes notes.
      Mes parents travaillent beaucoup. Je ne les vois pas souvent.
      J'ai dix grandes sœurs, et deux petits frères.
      Quel abruti. Le grand. Celui qui me suit.
      Quand je lui demande pourquoi il n'a pas passé l'aspirateur, il me dit qu'il stocke la poussière dans ses cheveux et que ça se voit pas. Quel idiot ! Mais vraiment ! Dans ces moments-là je le traite d'Aladdin. Il déteste, parce que Aladdin, c'est le prince de Yasmine (enfin chaiplus) et il dit que l'inceste c'est dégueulasse. Lui même est dég. Regardez... non c'est pas drôle. Je sais qu'Ashnar a beaucoup souffert de son apparence. Et puis les vieux lui ont interdit de sortir. S'il sort, c'est couvert de vêtements. On dirait une femme, avec le voile intégral. Bon s'pas drôle non plus. C'est à cause de mes comparaisons foireuses que je me suis faite virer du bahut. J'ai appris à me calmer. Pas Ashnar. Il s'énerve autant qu'avant quand on me dit d'aller chercher des légumes. Il voudrait sortir aussi. Mais s'il sort, c'est avec une burqa carrément. Je le plains, oui, mais j'ai pas envie qu'il se chope un truc. Déjà qu'il refuse de porter des lentilles, rien que des lentilles ou des lunettes. Alors il passe ses journées cloîtré dans sa chambre. Même s'il fait son anarcho rebelle, je sais qu'il travaille à l'école et tout. Pour lui, le lycée, c'est du gâteau. Enfin nos parents n'aiment pas qu'il y aille, je sais pas pourquoi, en dehors des trajets, je vois pas ce qu'il y a de dangereux. Bon, quand il sort, à la tombée de la nuit, il va squatter avec ses potes un peu partout. Parfois je les regarde jouer au basket. Mais je sais qu'ils ne jouent pas au basket quand je les regarde pas. Dans son groupe il y a Habib le grand costaud, Mourad le coquin -c'est à dire le pervers-, d'autres, et quelques filles. Comme l'autre là, Inès, la timide, je sais pas ce qu'elle fait avec eux. Malik aussi, je l'appelle comme ça mais je sais pas comment c'est son nom. Mina ptet. Et des fois, c'est encore plus louche, il rentre tard mais pourtant j'ai croisé sa bande dans la rue, sans lui. J'espère qu'il va pas faire trop de conneries quand même. Et s'il allait dans un bordel hein ?
      Bref faut pas que je m'inquiète trop. Demain je retournerais au Mini savoir s'ils m'ont prise. J'ai envie d'avoir boulot et d'aider mes parents. Ils ont encore trois enfants à la charge. Et puis il faut souvent amener Ashnar chez les médecins. Je sais pas comment il fait, mais en plus de ses trucs chelou génétiques là, il se chope des rhumes. Il reste enfermé, avec trois mille pulls, parce qu'il a froid, en permanence, mais il a quand même la crève, il m'énerve. Enfin oui bon, il en a souffert, mais c'est du passé. Je sais pas comment il a fait, on peut appeler ça du charisme ? Mais franchement je lui tire mon chapeau d'avoir réussi à se faire autant respecter quoi. Même si au départ je me foutais de sa gueule parce qu'il a décidé un nom pour son groupe là, et c'est PANK. J'en crève de rire, franchement, je lui disais bien que c'est punk mais il a pas écouté. Pank. Franchement.
      Ouais donc je disais les toubibs de 'Shnar. Ouais franchement, c'est un truc de ouf, faut lui payer un psy maintenant. Il se parle tout seul, c'est flippant. Il dit qu'il entend des voix. Le pauvre. On a dû tous le traumatiser. Je ne sais pas où il ira, Ashnar, avec ses bonnes notes, son bordel et son pank. »

      « Je suis Inès... et j'ai pas grand chose à dire. Je commence à me demander à quoi va servir notre groupe. Jouer au foot et faire des tags c'est bien, mais après ? D'habitude je suis calme mais je commence à en avoir assez. J'ai toujours suivi Ashnar, parce qu'il était parfait. Je lui nourrissais un amour débordant d'innocence et de pudeur. Je bouillonnais de rage quand la plantureuse Myriam commençait à le tripoter. Et puis un jour, je lui ai dit. Avec un tout petit espoir. Il m'a dit, mot à mot Si tu veux qu'on s'embrasse, je le ferais. Baiser, je le ferais. Se marier, je le ferais. C'est surtout pour toi que ce sera dommage. Je sais que ce sera toujours dénué de sentiments. C'est vrai, Ashnar et moi on est amis depuis touts petits. C'est moi à l'école qui lui parlais. Je pensais qu'il sortait d'un dessin animé avec ses cheveux et ses vêtements. J'en pleure là. Pourquoi ? Ashnar va de plus en plus mal. J'ai peur pour lui. Il commence à se décrocher de nous. Je le vois tout le temps seul. Comme si... comme s'il ne voulait pas entendre quelqu'un. J'espère qu'il ira mieux. »

      « Je m'appelle Marie-Anne et je suis française.
      C'est drôlement chouette la Tunisie. Il fait chaud et beau.
      Les gens sont conviviaux. Beaucoup parlent français.
      J'habite une belle villa aux murs froids, en face de la mer. Un décor de rêve.
      J'adorais ma vie. Tranquille, douce.
      Je croyais qu'en rencontrant cet albinos, elle serait devenue encore meilleure. Je l'ai vu accroupi sur les marches là-bas, dans la rue à côté de chez moi. Je lui ai demandé ce qu'il faisait là, surtout qu'il était surhabillé et qu'il n'allait pas bien d'après moi. Il m'a répondu qu'ici, ses amis ne risquaient pas se trouver... C'est vrai, je l'ai vu, quand il est reparti, il est allé au quartier populaire, pour parler correctement. Même si je devinais une famille difficile, il parlait bien, correctement. Il m'a dit que manquer de respect aux filles, même pour quelqu'un comme lui, ce n'était pas acceptable. Ça a un peu fait Titanic, version terrestre. A la même heure, j'y allais vérifier, s'il était là. Parfois il l'était. A chaque fois il m'avait l'air surpris. Alors à chaque fois j'essayais de lui inculquer mon bonheur. C'est vrai, j'ai toujours eu tout depuis que je suis toute petite. Faut le dire, j'étais pas mal pourrie gâtée et donc peste. C'est pour ça que je m'ennuyais chez moi, j'avais personne à inviter. Aucun ami. J'allais alors en chercher un. Je sais que je disais et je pensais qu'il m'aimait et que c'est pour ça qu'il revenait.
      Je suis nulle.
      En fait je me suis laissée piéger. C'est moi qui suis tombée dans sa trappe, sans que je le sache. A chaque fois que je croisais ses yeux, j'en ressentais une profonde tristesse.
      Peu à peu je le devins moi aussi.
      Triste de ne pas l'avoir entièrement à moi.
      Après le lycée, on a pas su. Il cherchait du travail, pour se payer des études. Alors je lui dis que je pouvais lui donner de l'argent. En échange de quelque chose. Pourtant, chaque matin, quand je posais ma main sur le côté vide du lit, je me sentais horrible. J'ai transformé ce séraphin déchu en pire que démon déchu.
      Et un jour, je sus qu'il ne reviendrait jamais.
      Effectivement. »

      « Je suis donc Ashnar et je suis une sous-merde.
      Jamais je n'aurais cru être quelqu'un d'important. Certes, j'étais peut-être un … quelqu'un de surnaturel, mais que peut la couleur capillaire au statut d'un mortel ? Je devais mourir. Je le savais.
      Cette nuit je suis mort. J'avais la fièvre. Moi qui ai toujours froid.
      Une main.
      Cette voix.
      Douce mais terrifiante.
      Dans le vide je lève mon bras, sans forces. Rien. Je délire.
      Encore la voix.
      Je lève ma main.
      J'en rencontre une.
      Et je me retrouve aspiré dans ce tourbillon qui ne s'arrêtera jamais.

      Si je haïssais ce regard qui juge trop vite, ce regard plein de haine et de mépris, si je haïssais cet esprit paranoïaque des Terriens, je n'ai pas pu m'empêcher de pleurer devant le sort de ce pauvre monde d'oubliés.
      Je me battrais pour sa paix.
      Je me battrais pour celui-ci même qui la veut.
      Je protègerai Reizen jusqu'à la mort.

      Je m'appelle Ashnar et je suis enfin utile.
       »

    ................

    EXCUSEZ MON IMPOLITESSE :


    PRÉNOM // PSEUDO : June/Hallo/Gun. Fuckin child pour quelqu'un de particulier n__n /regard vrillé/ Puis excusez-mon expérimentation avec les "je". Puis excusez le UC, mais je me co à partir de plusieurs ordis et j'ai pas de clé usb ;__;
    ÂGE : 15 ans déjà ,__,
    COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? : Merri' -Law- qui n'est pas ici.
    CODE : 8D= (Dumbledore qui sourit freedent)

    ................
Ashnar Sin'oh
My Children ~
avatar

Messages : 11
Âge : 22 ans.
Personnalité : Chiante. Voilà.

DOSSIER
× Arme : Flingue.
× Reminder:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ash. One of these fucking children from your ass.   Ven 19 Fév - 20:55

    CONNASSE.
    Comment t'es BG en Ashnar. D8.
    T'fais chier, merde.
    Il est parfait là.
    J'te valide tatante. :'D.

    Bon jeu sur TLH,
    Fuckin'Child. ~
Ewon J. Castle
▬ Enfant Divin ▬
| Pweheheh |

avatar

Messages : 175
Âge : Du genre dans la vingtaine. Vous vous attendiez à quoi ?! J'suis pas vieux, namého.
Personnalité : A venir.

DOSSIER
× Arme : Deux flingues.
× Reminder:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
 

Ash. One of these fucking children from your ass.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
» Myself «

 :: ▬ Sélection
-
SOUNDTRACK

ABOUT US & THE WORLD

SWEETHEARTS


 

 

 

TOP-SITES




Because we're stars !
≥w≤.
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit